Vies volées
Buenos Aires, place de Mai

MATZ, MAYALEN GOUST

« Les parents, ce sont ceux qui mettent à manger sur la table, qui te racontent une histoire le soir avant de dormir ou te filent une baffe quand tu franchis les limites. Pas ceux qui te mettent au monde et t’abandonnent. – Je suis d’accord avec toi mais là, on parle d’enfants volés, de parents assassinés. Ce n’est quand même pas tout à fait la même chose qu’ une adoption, non ? » De 1976 à 1983, la dictature militaire qui régit l’Argentine fait disparaître près de 30 000 opposants politiques, pour la plupart assassinés.
Parmi eux, des jeunes femmes enceintes auxquelles leurs enfants seront arrachés à la naissance. Depuis 1977, leurs grands-mères recherchent ces 500 bébés volés…

Editeur

RUE DE SÈVRE

Mon avis

Cette bd très sobre, riche en émotions nous relate des faits qui ont détruits à jamais des familles, des vies hier mais encore aujourd’hui. Un hommage à ces grands-mères qui continuent le combat en se réunissant toujours pour qu’on leur redonne leurs petits enfants.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Me contacter

8 + 9 =

Angélique Anconetti

A tous les romans qu'on a lus.
A tous ceux qu'on lira encore.

Parce qu'à la manière de marchands de sable, ils sèment dans notre quotidien quelques mots ou quelques phrases qui vont faire leur route dans notre subconscient et nous changer. En toute discrétion, mais de façon irrémédiable.

Cathy Bonidan
Chambre 128

Mes Petites Lectures - Le Blog d'Angélique Anconetti - 2019

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial